Codes ASCII… quoi?

Comme le titre de l’article l’indique, je veux vous parler aujourd’hui des codes ASCII (le C se prononce comme un K).

Bon. Au risque de faire cliché, je vous imagine me demander : « Mais qu’est-ce que cela mange en hiver ça? »

Les codes ASCII sont tout simplement une sorte de raccourcis clavier dont, je vous l’accorde, on entend moins parler. En tout cas, lorsque j’en discute autour de moi, je reçois des regards remplis d’incompréhension et de perplexité.

Raccourcis clavier

Quand on parle de raccourcis clavier, les plus connus servent à faire des actions parce qu’il arrive souvent que nous devions poser les mêmes gestes au cours d’une journée, notamment :

+  = (copier)

= (coller), etc.

Les gens qui travaillent dans le milieu scientifique doivent apprécier :

= (mettre un chiffre en indice) et son partenaire

+   (mettre en exposant).

Il est maintenant plus facile de mettre en indice ou en exposant avec les nouvelles versions de Word parce que des boutons ont été ajoutés à la barre d’outils. Mais il reste pratique de ne pas avoir à toucher la « souris ».

Le raccourci qui m’a le plus ébahie lors de mon premier emploi, et que je me suis empressée de gribouiller dans mon carnet, sert à changer la casse d’un mot.

Si j’écris « Tu es la meilleure », mais que (oups!) je voulais mettre le tout en majuscules : je sélectionne la phrase, fais   +  et voilà! « TU ES LA MEILLEURE. »

Pas besoin de tout effacer et de réécrire en majuscule.

Le même raccourci permet de remettre le tout en minuscules ou de garder la première lettre du mot (ou de la phrase) en majuscules.

Il existe beaucoup de listes pour les « raccourcis d’action », dont : http://www.commentcamarche.net/faq/333-raccourcis-clavier-de-windows.

Codes ASCII

Mais, bref.

Les codes ASCII, eux, sont des raccourcis qui servent principalement à insérer des caractères lorsque vous écrivez, tant des caractères spéciaux (ex. æ, €, ø, etc.) que des lettres de l’alphabet. Comme un outil d’aide à la rédaction Web.

Pourquoi je veux m’attarder sur ces raccourcis en particulier?
1 – Ils sont moins connus.
2 – Ils sont très pratiques quand les choses se gâtent.

En effet, il est très facile d’ajouter des caractères spéciaux avec les logiciels de la suite Office. C’est pourquoi la plupart des gens ne se posent même pas la question à savoir s’il y aurait un autre moyen, peut-être plus rapide, d’ajouter des caractères. Par contre, une fois que l’on sort de ces logiciels, il peut y avoir des problèmes techniques.

Qui d’entre vous n’a jamais ragé contre son clavier en essayant d’introduire un @ qui ne venait pas? Et ce même si vous aviez utilisé avec succès ces touches-là la veille?

De plus, on le dit partout, nous sommes à l’ère des réseaux sociaux. Notre façon de communiquer, de rédiger, a changé. Les entreprises rejoignent maintenant leur clientèle sur Facebook et autres réseaux.

Si une clinique veut parler de fœtus à ses clients, il serait une faute de laisser tomber la ligature obligatoire entre le o et le e. Dans ce cas-ci, pour ce caractère, on pourrait tout simplement copier-coller le mot dans Facebook.

Par contre, si un architecte paysagiste veut faire la liste de ses réalisations pour promouvoir ses services et qu’il veut écrire : « J’ai aménagé 300 m2 de terrain pour ce client », il serait dommage de ne pas pouvoir mettre l’exposant au symbole de mètre. L’exposant apparaît en chiffre normal lorsque l’on essaye de copier-coller cette phrase dans Facebook. Alors, que faire?

Option 1 – Éviter tout simplement de l’écrire. Hum… non, pas vraiment une option.

Option 2 – L’écrire au long (mètres carrés). Mais, avouez-le, cela manque un peu d’élégance. En outre, cela ferait beaucoup trop de caractères pour Twitter!

Option 3 – Codes ASCII à la rescousse!

J’ai appris à utiliser ces codes dans une application Web que l’entreprise où je travaillais avait développée pour rassembler des fiches de projet. Là aussi, le copier-coller n’était pas une option valable; des carrés apparaissaient à la place des caractères voulus. C’est pourquoi, lorsque j’ai cherché des listes de codes de clavier à vous partager, je voulais vraiment vous trouver les instructions pour que vous puissiez les reproduire vous-mêmes.

Ne cherchez plus! Voilà des liens!

Si vous êtes avec PC : http://www.symbole-clavier.com/.

J’en ai testé quelques-uns, dans Google, Logiterm, Antidote (case recherche), Facebook, Twitter, InDesign, et tous ceux que j’ai voulu faire ont fonctionné.

Précision importante : les chiffres doivent être tapés sur le pavé numérique (carré de chiffres complètement à droite). Pour ce faire, appuyez sur + . Vous pourrez ensuite faire tous les codes que vous désirez. Des heures de plaisir!

Avec Mac : http://academic.evergreen.edu/projects/biophysics/technotes/program/ascii_ext-mac.htm. Par contre, je n’ai pas réussi à faire tous les codes que je voulais dans la liste. Je ne sais pas si c’est parce que la configuration du clavier est différente. À suivre…

Petite différence avec PC : même les lettres peuvent servir à faire des caractères spéciaux, en appuyant bien sûr sur Shift, Ctrl et/ou Alt en même temps.

Autre option : si vous avez un site Internet et que vous aimez jouer à l’intérieur du code HTML, il est très facile d’insérer des caractères en utilisant les codes ASCII. Il vous suffit de mettre « &# » devant les chiffres spécifiques au caractère (sans le 0 initial) et de mettre un point-virgule après les chiffres.

Par exemple, pour faire le signe @ :

  • Facebook (ou autre) : Alt+064
  • Site Internet (HTML) : @

Les listes que j’ai partagées ci-dessus sont somme toute bien organisées et claires. Toutefois, elles n’incluent qu’une petite partie des milliers de signes possibles. Après tout, les codes ASCII comprennent tous les alphabets connus.

Si vous voulez la liste complète (avec PC), la voici : http://code-ascii.outils-webmaster.com/

Voilà, j’espère que ces informations vous seront utiles. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou de vos découvertes.

Tableau avec quelques codes ASCII utiles

 

Note : les points de suspension (Alt+0133) sont un signe de ponctuation à part entière. Il ne suffit pas de taper trois fois le point final pour former ce signe. Même Microsoft Word le considère comme un caractère spécial puisque les points de suspension se trouvent dans leur banque de symboles que l’on peut insérer. Toutefois, Word remplace automatiquement trois points consécutifs par les points de suspension sur certains ordinateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *